Nous avons tous notre façon de gérer notre budget, certains sont plus cartésiens, d’autres plus… artistiques! Pour ma part, je ne cesse de tenter de trouver et d’expérimenter de meilleures façons de suivre mes finances au quotidien afin d’atteindre mes objectifs à court, moyen et long terme.

Je n’ai jamais fait de suivi de mes dépenses à chaque semaine… avant le mois de janvier dernier! C’est le concours des journées dépenses zéro qui m’a forcée à le faire. De plus, ces jours-ci je tombe fréquemment sur l’émission de Gail Vaz-Oxlade ‘Til Debt Do U$ Part. Ce qui m’a inspiré ce billet, pour vous mais aussi pour moi… ainsi que quelques actions à prendre dès samedi (car pour moi, la semaine débute le samedi avec les courses hebdomadaires).

Je connaissais la méthode fétiche de Gail Vaz-Oxlade, c’est à dire utiliser des pots (ou des enveloppes si vous préférez) avec de l’argent comptant à l’intérieur pour couvrir vos dépenses de la semaine.  Pas de cartes de débit, ni de cartes de crédit.  Évidemment, pour savoir combien d’argent mettre dans chaque pot, un exercice de budgétisation s’impose!

Or, suivre son budget à la semaine est un exercice difficile pour plusieurs (dont moi). Suivre son budget à la semaine n’est pas simplement se connecter à son compte en ligne pour voir son solde ou si des transactions douteuses ont eu lieu! C’est comme aller à l’épicerie avec une liste et s’y TENIR… alors que les items qui ne sont pas sur la liste nous crient depuis les tablettes «PICK ME! PICK ME! NO, NO, NO, NO, PICK MEEE!» Allez admettez-le: on entend tous les produits parler depuis leurs tablettes à l’épicerie… ;-)

Mais revenons au sujet de ce billet: le budget hebdomadaire.  Comment se porte le vôtre?  En avez-vous un?  Comment le gérez-vous? Tant de questions :-)   Mais je crois que la prochaine est la plus essentielle: arriveriez-vous à l’écrire et le faire tenir sur une page?

En quoi cette question serait-elle plus essentielle que les autres?  Parce que si vous n’arrivez pas à écrire vous-même, sur une page, votre budget, c’est que ce dernier est trop complexe et que vous vous exposez à en perdre des bouts… Et c’est cette première étape, le mettre sur papier, qui est la plus difficile.  Ensuite, la seconde difficulté est de résister aux tentations de faire des dépenses du type «Parce que je le vaux bien.»  Vous savez, ces dépenses-récompenses qui, additionnées à la fin du mois, peuvent carrément débalancer le budget le mieux planifié?

Et comment contrecarrer cette seconde difficulté? D’abord, participez à mon concours de journées dépenses zéro ;-) Ensuite, en utilisant par exemple de l’argent comptant et en notant l’utilisation que vous en faites. Ennuyeux, difficile, chiant… nommez-le, si cette tâche vous rebute il est important de le reconnaître.  Ensuite, move forward.  Vous devez faire un choix.  C’est comme laver votre salle de bain. Si ça vous dégoûte de la laver, engagez une bonne pour le faire à votre place.  Si vous n’avez pas les moyens, vous devrez vous résoudre au fait que votre salle de bain ne se nettoiera pas si vous ne vous y mettez pas.  C’est la même chose avec votre budget, vos finances.  Même si ça vous fait suer, si vous ne le faites pas, personne ne le fera pour vous.  Et considérant que les institutions financières et l’industrie de la consommation en général n’en veulent qu’à votre argent et non pas à vos intérêts, voulez-vous vraiment leur laisser les cordons de votre bourse?

Vous en valez la peine.  Dites-le à haute voix: «Je fais et je respecte mon budget parce que je le vaux bien!»

Cet après-midi, je vais m’asseoir avec une feuille blanche, et revisiter mon budget hebdomadaire pour voir s’il est toujours bien enligné, ou si je peux l’améliorer.  Ensuite, je vais préparer mes petits pots d’argent comptant pour les dépenses de la semaine… et je vais envoyer ma carte Visa en vacances. Pourquoi? Parce que même si elle me rapporte des points en retour de mes achats, elle reste un outil de tentation difficile à gérer émotivement.  L’autre raison est que l’argent comptant, c’est tangible, concret.  Quand le pot est vide, on le voit… contrairement à une carte de débit ou une carte de crédit.

Je reviendrai vous parler de cet exercice et de mes petits pots la semaine prochaine ;-) . En attendant, j’espère avoir donné le désir à ceux qui n’ont pas de budget ou se débattent avec leurs dettes de se lancer dans l’exercice.  Rappelez-vous: vous le valez bien!

Vous avez d’autres méthodes à partager?  Des défis particuliers auxquels vous faites face?  Vous avez déjà écrit un article sur le sujet et souhaitez le mentionner? N’hésitez pas à laisser un commentaire!