Un remboursement d’impôt avec ça ?

Cet article fait suite à un article qui m’a donnée à réfléchir. C’est un texte publié sur le blogue de Val en tant que «Guest Post», écrit par Yannick Forget. Suite à la lecture à la fois de son article et du texte qui a nourri en partie sa réflexion, mon petit hamster s’est mis à courir dans ma petite tête…

Je vous résume grossièrement le tout : si comme moi vous étiez en liesse chaque vous que vous recevez un remboursement d’impôt de la part du gouvernement… bien vous devriez cesser votre danse de la joie! Parce que cet argent n’est pas un cadeau du gouvernement… c’est VOTRE argent que vous avez envoyé au gouvernement toute l’année par prélèvements sur votre paie, et là il vous en renvoie parce que vous en avez TROP donné. Donc, vous n’avez pas pu le placer dans vos RÉER ou autres véhicules de placements ou encore utilisé pour rembourser plus vite vos dettes.

J’ai donc lâché un coup de fil à ma comptable, parce que je n’étais pas sûre de bien comprendre le tout, et aussi pour avoir son avis à savoir si c’était une bonne option dans mon cas, surtout que j’ai accumulé près de 14 000€ en droits inutilisés RÉER (bavez si vous voulez… moi j’enrage de ne pas avoir 15 000€ sous la main pour cotiser, ventre-saint-gris!) Notez que les éléments mentionnés dans ce billet s’appliquent à ma situation financière PERSONNELLE : je vous rapporte l’essentiel d’une conversation que j’ai eue avec ma comptable (diplômée et certifiée). Bref, ne prenez pas ça pour du «cash» et allez voir votre comptable ou votre conseiller fiscal, au pire ça vous coûtera une consultation à 50€ mais au moins vous aurez en main une solution SUR MESURE POUR VOUS. On est toujours mieux dans nos propres bobettes hein ;-)

DONC! Réponse de ma comptable, qui est très généreuse de son temps et ses conseils (milles mercis à vous chère madame!) : dans mon cas, étant donné mon jeune âge et mon fond de pension très conservateur (à prestations déterminées) auquel je participe avec mon employeur, il serait préférable d’opter pour des placements un peu plus risqués pour diversifier mon portefeuille, mais surtout pour optimiser mes crédits d’impôt. La totalité de mes épargnes sont dans des placements à capital garanti, donc avec les taux actuels vous vous doutez bien que les rendements sont quasi nuls.

Le but de ma démarche pour l’année fiscale 2009 est de cotiser dans un RÉER qui me donnera un retour d’impôt substantiel, car mes liquidités pour cotiser sont quasi nulles. Nous avons envisagé l’avenue du prêt RÉER, mais outre ING qui offre un taux intéressant (4%), les autres institutions financières font presque du vol tout en nous obligeant à placer le prêt dans un RÉER à rendement anémique. Pathétique (comme toujours, cessons de nous en étonner!). Le problème avec ING est que bien que le taux d’intérêt pour le prêt RÉER soit très intéressant, il faut absolument l’investir chez eux, et leurs produits ne permettent pas d’obtenir de crédits d’impôt supplémentaires.

Ma comptable m’a donc recommandé de me renseigner sur les RÉER du Fond FTQ ainsi que sur les obligations d’épargne du Québec. Bien que les RÉER du Fond FTQ ne soient pas à capital garanti et aient été affectés par le crash financier de 2008, il faut noter que mes investissements y dormiraient une bonne vingtaine d’années. Or, dans les vingt dernières années les actionnaires ont reçu un rendement annuel avoisinant les 7%. En matière de bourse, l’écrasante majorité des spécialistes le disent : il faut voir à long terme et en fonction de notre profil d’investisseur. Ce n’est pas à 55 ans qu’il est temps de faire des placements à haut risque car on n’aura plus assez de temps devant nous pour récupérer notre mise. Notez également que je ne suis pas sponsorisée par la FTQ pour écrire un billet sur eux hein… ;-) on s’entend!

L’avantage majeur pour moi avec les actions A1 de la FTQ sera que, étant donné mes revenus, mes crédits d’impôt sur RÉER passeraient de 42% à 72%. Donc, si j’y investis 1000€ avec possibilité de rendement éventuel de 7%, j’obtiens 720€ en crédits d’impôt qui serviront à diminuer mon revenu imposable (versus 42% dans un RÉER traditionnel ne rapportant que des miettes). N’ayant pas encore cotisé en 2009 en raison de ma situation financière et ayant fait des gains en tant que travailleur autonome (gains non imposés à la source), cette solution est particulièrement appropriée à ma situation si je veux éviter une facture en fin d’année fiscale. Si je réussis à obtenir en plus un retour d’impôt que je replacerais immédiatement en RÉER, cela me permettrait de corriger efficacement le tir pour cette année fiscale qui, disons-le, a bien mal démarré! Avant de me lancer, j’ai tout de même demandé à recevoir leur prospectus que je lirai attentivement cette semaine.

En ce qui concerne les obligations d’épargne du Québec, à première vue je trouve que cela ressemble beaucoup à ce qui est offert traditionnellement en institution financière. Je dois approfondir ma lecture de leur site, ce que je ferai dans un 2e temps. La fin de l’année fiscale arrive rapidement, et si je dois acheter des actions… bien il faut que je me décide assez vite si je veux qu’il en reste pour moi! Ce n’est plus le temps de procrastiner ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *